Archives de catégorie : Agenda

Les évenements des jardins de pomone

Blogueuses et blogueurs en fête ! Au diable la virtualité …

20080706 008

Depuis quelques semaines, les blogonautes les plus sagaces avaient bien perçu des signes de collusion au sein d'un groupe de blogueuses et blogueurs très appréciés et fort appréciables. Mais un certain mystère planait encore.

Depuis huit jours, cette réunion du 6 juillet n'était presque plus qu' un secret de polichinelle dans la blogosphère. D'autant qu'il s'agissait d'une récidive de la célèbre rencontre organisée (que dis-je, "fomentée!") par Fabienne au Val-Saint-Lambert du 10 mai dernier !

Ainsi donc Fabienne, MickyPhilou et Anne avaient décidé dans l'enthousiasme de se retrouver pour une seconde rencontre amicale et culinaire déjantée, entraînant avec eux leurs fidèles cobbayes (José I, Mathieu, Mickey et José II), fort complaisants.

Manquaient à l'appel après s'en être excusés très pathétiquement et avoir exprimé toute la frustation qu'allait leur imposer leur transhumance vacancière, Sandrine, grande prêtresse de Dionysos et Laurent, oenologue distingué; Mark , le cuisinier passionné autodidacte et éclectique qu'on ne présente plus, et son épouse Sabine. Les absents ont eu tort; ils le savaient. Mais ils ont d'ores et déja juré que l'on se retrouverait bientôt – tous sans exception  – pour une nouvelle guindaille.

Voici les blogs dont les animateurs prennent un bonheur évident à se retrouver. Ce petit cercle est bien né de la virtualité. Il y a deux mois encore, aucun des membres ne se connaissaient autrement que par le truchement d'internet. Aujourd'hui, c'est une fameuse bande d'amis :

Fabienne

http://savoureusesaveur.canalblog.com/

Micheline 

http://mickymath.over-blog.com

 

Philou

http://un-cuisinier-chez-vous.skynetblogs.be

Sandrine

http://vinsetgourmandises.skynetblogs.be

Mark

http://passion-cuisine.skynetblogs.be

Anne & José

http://lesjardinsdepomoneskynetblogs.be

Si la curiosité vous démange d'en savoir plus sur cette journée placée sous le signe de l'amitié complice et de la cuisine-passion, je vous renvoie au magnifique blog de Fabienne, où vous trouverez tous les détails, les photos, et même des recettes au sujet de cette réunion.


20080706 031

Le chef Sang Hoon Degeimbre, l'étoile montante de la gastronomie internationale, patron du restaurant "L'Air du Temps" à Noville-sur-Méhaigne, n'a pas hésité de se joindre à vos blogueuses préférées.

Logo - Restaurant L'air du temps

Cliquez sur le lien : http://www.airdutemps.be/

Share

Brève rencontre avec François Couplan

20080526 064

 

Avant-hier, lundi 26 mai 2008, avait lieu dans un quartier historique de Bruxelles, l'inauguration officielle d'un nouveau restaurant dont la carte annonce de "petites sauvageries" valorisant des ingrédients végétaux atypiques, sains et goûteux qu'Anne et moi apprécions tout spécialement. Dans l'immeuble même où l'enseigne du "Loup galant" avait su se construire une réputation gastronique appréciable, s'ouvrait un restaurant très innovant et fort  prometteur baptisé "Nicolas et Pimprenelle". La pimprenelle : tout un symbole … qui ne nous a pas échappé et a forcé d'emblée notre curiosité et notre sympathie !

20080526 047

Aux fourneaux de cette nouvelle enseigne, on retrouve une valeur sûre de la gastronomie bruxelloise en la personne du jovial et talentueux Nicolas Leveaux, le chef Eurotoque qui a déjà apporté le concours de sa cuisine savoureuse, innovante et saine à des établissements de prestige, tels "Le Barbizon", "Le Prévôt" ou "Agastache & Tonka". Pour ses pairs – et parmi eux notre ami Claude Pohlig qui le connaît bien – Nicolas est un authentique spécialiste des légumes anciens, de la cuisine des fleurs et des plantes sauvages. Pas étonnant dès lors qu'Anne et moi ayons suivi l'événement avec énormément d'intérêt.

Sa spécialisation, Nicolas la doit au moins en partie à un personnage attachant et extraordinaire : l'ethnobotaniste et écrivain français de renommée internationale François Couplan, le mentor de Marc Veyrat lui-même.

Veyrat, qui est un des cuisiniers étoilés très médiatisés que l'on sait, n'hésite pas à renforcer le succès commercial qu'il mérite en recourant à certaines formes de cabotinage. Mais il ne faut pas s'y tromper; il détient un authentique génie, et ce n'est pas un insensé. A propos de François Couplan, il a déclaré un jour sans ambage : "François est le plus grand botaniste du monde, celui qui m'a permis de progresser dans mon métier et de m'apporter une image complètement inédite". Une juste reconnaissance rendue au savant par le premier en vue des grands chefs auxquels François Couplan prodigue volontiers enseignements et conseils.

François Couplan, c'est à la fois le grand amoureux de la nature spontanée et le premier spécialiste mondial des plantes sauvages comestibles. Tel que je le perçois, je présenterais aussi volontiers ce scientifique comme un  philosophe et un humaniste, mais je soupçonne fort que l'idée même de revendiquer de telles qualifications ne l'a jamais effleuré. C'est un homme simple, au sens noble du terme, un homme qui observe, qui réfléchit, qui sait, qui sait aussi qu'il ne sait pas … et veut apprendre chaque jour.

20080526 01 Couplan

Ayant été informé quelques jours auparavant que Monsieur Couplan serait à Bruxelles à l'occasion de l'inauguration du nouveau restaurant de son ancien stagiaire Nicolas Leveaux, j'ai voulu le rencontrer et lui poser quelques questions que m'avait suscité la lecture de son dernier livre : "La nature nous sauvera". (Albin Michel, Paris, 2008)

Ce livre consigne les entretiens de François Couplan avec Patrice van Eersel, un interlocuteur qui le soumet à des batteries de questions très élaborées auxquelles les réponses semblent jaillir toutes seules, claires et pertinentes. Malgré l'empreinte insensée et outrageusement abusive que l' "homo economicus" exerce sur la Nature, nous vivons encore dans un formidable garde-manger végétal avec lequel nos comportements stéréotypés et banalisés de consommation nous a fait perdre le contact. François Couplan n'hésite pas à démontrer que les grands drames de l'humanité, comme la famine, la guerre, la pollution et l'anéantissement catastrophique de la biodiversité, ont une cause commune: l'appariton de l'agriculture, il y a plus de 10.000 ans ! Constat qui dérange … mais qui !?

Je vous recommande absolument la lecture de ce livre. Même si beaucoup d'entre nous, après l'avoir lu, accepterons sans doute la conclusion pratique suggérée par l'ethnobotaniste pour sortir de la crise écologique – qui est de renouer avec une art de vivre "paléolithique" -, ils n'auront peut-être pas l'audace et la détermination de pousser l'expérimentation aussi loin que François Couplan lui-même. Cet homme ne fait pas de concessions à ses convictions, et assume quotidiennement sa condition de "sauvage post-moderne". Ni vous ni moi ne pourrions sans doute nous engager aussi inconditionnellement. Mais les réflexions individuelles que ce livre suggérera, et le seul fait que nous acceptions enfin l'idée que l'usage des plantes sauvages a une place tout à fait justifiée dans notre alimentation, nous aura déjà fait franchir un pas important vers un type de consommation qui puisse s'inscrire dans la durabilité naturelle. 

Ce lundi matin, lorsque François Couplan a fait son entrée chez Nicolas et Pimprenelle, il avait un peu de retard. Tiens, tiens … j'ai souri en m'apercevant que, comme moi, il ne portait pas de bracelet-montre. Impatient, je l'ai abordé très vite, lui laissant à peine le temps de s'installer derrière la table de rencontre installée pour lui et la pile de livres qu'il s'apprêtait à dédicacer. En fait, je redoutais un peu de sa part une attitude défensive et formelle qu'adopte volontiers les célébrités lorsque qu'elles se trouvent  face à un public non différencié.

Mais lorsque, après m'être présenté, je lui ai soumis les premières questions que m'avait suscité la lecture de son dernier livre, il m'a tout de suite rassuré et mis en confiance. Il écoute avec attention, pose des questions, répond calmement  et clairement. Et au fur et à mesure d'un dialogue de plus en plus passionné et chaleureux, il sort toutes sortes de petits papiers de ses poches pour prendre rapidement des notes.

Je n'ai pas vu le temps passer. Après trois quarts d'heure, j'ai pris congé de l'ethnobotaniste dont les connaissances et les idées me fascinent. Et je suis reparti … pour rejoindre mes plants de tomates anciennes.

Ce n'est qu'en remontant dans la voiture que je me suis rendu compte d'une chose étonnante qui m'avait échappé pendant que nous parlions. Pour marquer mon respect envers cet homme que je vénère, je l'avais abordé en adoptant le vouvoiement. Lorsque je l'ai quitté, nous nous tutoiyons déjà depuis un certain temps à mon insu. Il va sans dire que nous nous sommes promis de nous recontacter, et que je ne me ferai certainement pas prendre en défaut.

Bien chlorophyllement vôtre,

José

20080526 02 Couplan

Share

« Nature admise », plantes aromatiques comprises

20080525 017

 

 

Anne et moi vous l'avions annoncé, nous participions dimanche 25/5, en plein centre de Gembloux, sur un site étonnamment calme et verdoyant en milieu urbain,  à un grand rendez-vous des amoureux et des défenseurs de la nature, des jardins, des potagers, et des sentiers bordés de multiples plantes sauvages … bref, de la biodiversité.

20080525 006

La plupart d'entre vous le savez depuis longtemps, Anne et moi sommes de fervents collectionneurs de légumes anciens et promoteurs bénévoles et passionnés de leur réintroduction dans une alimentation quotidienne plus saine et plus diversifiée. Comme le thème des légumes proprement dits était déjà bien illustré sur le stand du CTH (Centre de Technique Horticole) et animé avec compétence par Mr Gricourt, nous avons choisi la complémentarité et proposé exclusivement ce jour-là au public, sur le stand des Jardins de Pomone, l'illustration de la biodiversité insoupçonnée des plantes aromatiques et de leurs vertus.

Parmi de très nombreuses variétés de thyms, de sauges, de menthes, d'oseilles, d'agastaches, d'hysopes, de sarriettes, d'origan, etc… présentées, les visiteurs ont été très spécialement intrigués par la plante-sucre, le stévia, et nous avons été assaillis de questions à son propos.

20080525 010

A propos du stévia , et à la demande générale, j'ai donc promis  de lui consacrer un prochain billet sur ce blog. Cette plante de la famille des lamiacées, botaniquement originaire du Paraguay, offre des avantages révolutionnaires dans l'alimentation, mais dérange à ce point  les lobbies du sucre et de l'aspartame qu'ils ont tout fait pour que vous en ignoriez encore longtemps le nom, l'existence et les avantages.

20080525 020

Dans le magnifique espace vert des Closières, nous avons eu l'agréable surprise et le bonheur de rencontrer de nombreux d'entre vous dans le courant de cette journée, et nous les remercions tout spécialement pour le soutien sympathique, répété et engagé qu'ils manifestent à notre "Croisade verte".

Merci notamment à l'attachante Fabienne (http://savoureusesaveur.canalblog.com)  et à son "José" (et oui, j'ai un homonyme bien plus sympathique encore que je ne pourrais l'être dans mes meilleurs jours!), à Kiki et à Stef, à Maurice et son épouse, … qui malgré la météo peu clémente annoncée (à tort!) pour la journée et le ciel (vraiment!) menaçant de la matinée , n'ont pas hésité à faire une long déplacement pour nous retrouver au milieu de nos aromatiques.


20080525 001

 

Merci aussi à ces centaines de randonneurs anonymes, qui ont participé aux visites guidées du site, et qui, toutes générations confondues, se sont dites enthousiasmées et prêtes à partager notre idéal, à valoriser la biodiversité qui nous veut du bien.

Pour la réussite, tant didactique que conviviale, de cette journée, Anne et moi voulons exprimez aussi des remerciements particuliers à :

Eric Van Poelvoorde, le dynamique et entreprenant échevin de la ville de Gembloux,

Pascaline Leruth, jeune ingénieur agronome, éco-conseillère au Service de l'Environnement et de l'Energie, dont, depuis plusieurs  semaines, nous avons pu éprouver la disponibilité et l'efficacité, toutes deux à la hauteur de son immense gentillesse.

20080525 013

Christelle Vanden Berghe, animatrice des Jardins partagés, qui nous a fort touché par la générosité et le réalisme qu'elle associe adroitement dans la réalisation de son projet social.

Olivier Guillitte, co-organisateur de la journée, le sympatique barbu à la proue de NATAGORA, association oh combien active dans la protection de la Nature. (http://www.natagora.be)

MM. Lahy et Compère, de la Société Royale Horticole de Gembloux.

Mr. Jansen, chercheur au Département Lutte biologique et Ressources phytogénétiques du CRA-W (Centre wallon de recherches agronomiques), qui nous a épaté avec ses connaissances sur les coccinelles et les syrphes, ces précieux insectes auxiliaires de la lutte contre les pucerons. (http://labecotox@cra.wallonie.be)


20080525 021

 

Mr. Gricourt, du Centre de Technique Horticole, qui en matière d'essais maraîchers, a pour vocation de développer une collaboration bénéfique entre les milieux de l'enseignement, de la recherche appliquée et des horticulteurs professionnels. (http://www.cthgx.be)

Un grand merci aussi à tous ceux qui ont contribués au bon déroulement de cette journée Nature admise, sans que nous en ayons retenu le nom, mais avec lesquels nous espérons pouvoir faire plus amplement connaissance à l'occasion d'une nouvelle édition de cet événement très, très réussi.

 

Bien chlorophyllement et cordialement vôtre,

José

Share

Biodiversité alimentaire et légumes anciens

Logo - Biodiversité FAO 2004
  

Journée mondiale de la biodiversité

Ce jeudi 22 mai 2008 se tient la Journée internationale de la biodiversité décrétée par l'ONU (FAO). Le thème choisi pour être débattu et illustré cette année est essentiel , "La biodiversité et l'agriculture", qui doit montrer que la diversité biologique peut contribuer à une nourriture saine.

Le monde agricole doit rapidement et majoritairement prendre conscience de la part de responsabililité importante qu'il a pris dans la perte de biodiversité et travailler aujourd'hui solidairement à la respecter, la restaurer et l'entretenir. Il faut tous ensemble, agriculteurs compris, admettre nos erreurs du passé et préserver les espaces vitaux diversifiés pour sauver le plus grand nombre d'espèces animales et végétales de l'extinction .

Cette biodiversité, c'est la garantie silencieuse de survie de l'espèce humaine. Nos méthodes d'agriculture, nos choix alimentaires subséquents, ont une influence sur notre santé; encore faut-il qu'il qu'un véritable choix de produits sains et variés soit disponible pour tous.

Anne et moi croyons – avec nos amis du mouvement mondial SLOW FOOD lancé par le sociologue italien Carlo Petrini – que pour changer favorablement la situation,  les consommateurs doivent sans attendre et de manière croissante favoriser les produits régionaux et écologiques. Ils soutiendraient ainsi la biodiversité, qui leur veut du bien.

Ce mouvement est amorcé et étonnamment chargé d'ampleur citoyenne, d'énergie et d'enthousiasme. Ce n'est cependant pas suffisant, puisque, hélas, on observe encore dans de nombreux pays une intensification des cultures au détriment de la diversité. (Je pleure de rage impuissante quand je vois ce qui ce passe au Brésil et en Argentine… Je fustige les pratiques agricoles de l'Espagne et de la Roumanie … Oui, je sais, ça dérange … mais qui ? Monsanto, Syngenta, Bayer …???)

Les géants agrofinanciers mondiaux – arrogants et impérieux, parce qu'ils prétendent parler au nom de la science – mentent sans vergogne, nous trompent, nous cachent (de plus en plus mal) les enjeux de leurs stratégies et les manipulations planétaires ignobles qu'elles semblent justifier sans état d'âme à leur yeux. "Tenez les bêtes, ils mangeront ce qu'on leur donne au prix qu'on voudra bien leur faire !". (Catéchisme de l'anarcho-libéralisme: recommandation aux chefs d'Etats vassalisés)

NON ! Les consommateurs ne sont pas de moutons de Panurge, ni des esclaves ! Réapproprions-nous notre alimentation, laissée depuis trop longtemps aux mains d'irresponsables cupides.

Vive la biodiversité!

José

Share

Menu « Bollywood », les prouesses d’Apolina

20080509 012

 Apolina entre en lice …

Cette semaine, Anne et moi avons essentiellement été occupés par la mise en place, en pleine terre, des 134 variétés de tomates anciennes que nous cultiverons cette saison. Cette grande tâche est traditionnelle à la mi-mai et nous avons pu l'effectuer, cette année, dans des conditions météo tout à fait favorables. "Pourvu que ça dure"; on pourra alors vous reparler bientôt ici de tomates vraiment exceptionnelles.

Mais il s'en trouve que, par conséquence, nous avons quelque peu négligé nos fidèles amis blogonautes. Et notamment, nous ne vous avions pas rendu compte du très exotique cours de cuisine indienne donné par Apolina le vendredi 9 mai dernier. Voici quelques lignes pour vous  faire partager tout le plaisir que nous en avons ressenti. Pour le menu détaillé, je vous invite à le (re)découvrir dans mon précédent billet annonçant cette soirée "Bollywood".

http://lesjardinsdepomone.skynetblogs.be/post//bollywood-le-menu-indien-classique-dapolina 

Cette soirée culinaire à l'École d'Arts SaSaSa a connu naturellement un franc succès. L'ambiance a été des plus joyeuses et des plus instructives, personne ne pouvant résister longtemps au charme d'Apolina et de sa cuisine exotique extraordinairement parfumée. (Il y avait notamment au menu une petite sauce au tamarin à vous faire damner tous les saints … voire à amadouer la plus récalcitrante des belles-mères!)

Apolina, c'est la gentillesse, la disponibilité, mais aussi le savoir faire et le savoir expliquer. Elle a épaté son auditoire en lui faisant découvrir les caractéristiques et les vertus de la cuisine ayurvédique et la place qu'y tiennent les épices orientales.

Ainsi par exemple, la consommation abondante de curcuma protégerait les Indiens de la terrible maladie d'Alzheimer, qui fait des ravages croissants dans notre monde occidental. Autre exemple : les qualités exceptionnelles du Ghee, beurre clarifié indien, comme matière grasse de cuisson. Apolina vous en avait déjà communiqué la recette sur ce blog. Vous pourrez la retrouver sous le lien:

http://lesjardinsdepomone.skynetblogs.be/post/5616565/beu…

Tous les participants se sont impliqués joyeusement dans la préparation des cinq services prévus au menu, et l'ambiance de la table autour de laquelle ils se sont rassemblés ensuite restera longtemps dans les mémoires. Voici quelques photos de cette soirée "Bollywood", en attendant – avec une impatience mal contenue – qu'Apolina publie les des recettes détaillées du menu. Histoire de pouvoir préparer ces délices à la maison pour séduire les amis.

Bien convivialement complice,

José

20080509 001

20080509 003


20080509 009

 

20080509 010

 

20080509 011

 

20080509 018

 

20080509 019

20080509 024

 

20080509 028

 

20080509 029

 

20080509 035

 

20080509 040

 

20080509 048

 

20080509 057

Share

NATURE ADMISE : les légumes d’antan et plantes aromatiques des jardins de Pomone Gembloux – château du bailli

Gembloux - château du bailli
Gembloux – La maison du bailli, qui domine la petite ville 

Anne et moi participerons activement dimanche prochain 25/5 à Gembloux, à un événement Nature exceptionnel organisé conjointement par le Service de l'Environnement de cette charmante petite ville et la section régionale de l'association NATAGORA.

 Gembloux - beffroi

Le beffroi de Gembloux, qui appartient désormais au Patrimoine mondial de l'Humanité établi par l'UNESCO

Parmi bien d'autres partenaires de la Journée Jardins Nature ouverts, nous viendront personnellement présenter au public la grande biodiversité insoupçonnée des légumes d'antan et des plantes aromatiques, ainsi que leur agréable et saine déclinaison en cuisine.

Nous invitons chaleureusement tous nos amis et sympathisants à nous retrouver sous la tonnelle des Jardins de Pomone, qui sera dressée dans la Parc des Closières, où nous les accueilleront avec le plus grand plaisir.

A très bientôt,

José

 

Jardins Nature Gembloux

Share

Bio, pas bio, ça ce goûte … oui, oui, et ça ne coûte …

Ambiance des grands jours SLOW-FOOD à l'atelier COOKING TIME de Bruxelles le dimanche 20 avril dernier !

Le convivium KARIKOL de Bruxelles avait invité ce jour-là ses membres et sympathisants à une conférence sur le thème:  BIO, PAS BIO, ça se goûte ?

Le bio est-il nettement plus cher et la différence de prix se justifie-elle par un autre goût et une meilleure qualité sanitaire ? C'est la question pertinente que se posent les consommateurs responsabilisés que – vous et moi – percevons de plus en plus la nécessité de devenir. On nous propose chaque jour sur le marché des produits "bio" dont, si ce n'est une substantielle différence de prix, on ne perçoit pas immédiatement et tangiblement la qualité et les avantages réels.

Pour nous éclairer dans nos choix, le conférencier invité ce soir-là par KARIKOL n'était autre que le sympathique Philippe Renard, grand cuisinier belge rentré au pays après une belle carrière internationale pour réorganiser de façon presque révolutionnaire la restauration collective au sein de l'entreprise Ethias, troisième groupe d'assurances de Belgique.

20080420 Slow Food Philippe Renard 034

L'enjeu, c'est la réappropriation de notre alimentation dans un cadre budgétaire durablement supportable. L'enjeu, c'est encore de ne pas être condamnné irrémédiablement à devoir consommer des ingrédients "faciles", "préparés" et "standardisés", bourrés de conservateurs, de pesticides et d'une multitude de substances dont l'innocuité est de plus en plus douteuse. C'est là tout le combat personnel de Philippe Renard; et son engagement ne doit rien à une mode. Le personnage n'est ni mièvre, ni mercantile.

Philippe est aussi, depuis peu, le Président du nouveau convivium SLOW FOOD liégeois "Liège, univers du goût", dont on est en droit d'attendre de grandes choses dans la lutte contre la "malbouffe" et dans la revalorisation des produits traditionnels de sa région.

Le chef est un homme imposant, en pleine force de l'âge, avec une stature d'athlète. On ne peut s'empêcher de tomber sous le charme de son discours passionné, son audace, sa détermination, sa créativité culinaire réelle et … son franc-parler! Il a la force irrésistible de ceux qui disent le vrai et le vécu.

20080420 Slow Food Philippe Renard 029 

Je souris en imaginant, qu'aux fourneaux de son entreprise, Philippe n'est certainement pas de ceux qui acceptent sans broncher les injonctions de sa hiérarchie administrative et financière! Mais entre lui et son entreprise le deal est clair : 3,60 euros ! Vous avez bien lu, 3,60 euros ! C'est le budget dont dispose Philippe pour préparer un repas entrée-plat-dessert qui satisfasse jour après jour chaque membre du personnel qui vient s'asseoir à la cantine et qu'il faut satisfaire.

Ne pensez pas que cela soit impossible. Philippe réalise cette performance quotidiennent en utilisant … 82% de produits bio frais !!! Qui eut cru – si Philippe ne l'avait démontré concrètement – que relever un tel défi était compatible avec la vie et la logique d'un entreprise ? 

Pour réussir cette performance, il y bien sûr les économies d'échelle que permettent la cantine. Philippe peut acheter en quantité importante là où il l'entend, et déterminer lui-même son meilleur rapport qualité/prix. Mais parmi ses autres gros atouts, le chef du jour connaît parfaitement le calendrier des récoltes saisonnières et a parfaitement compris tous les avantages – gustatifs, diététiques et économiques – qu'il y a à le respecter. A la cantine d'Ethias, la biodiversité alimentaire trouve son compte, et c'est porteur d'espoir!

20080420 Slow Food Philippe Renard 087

Prenons le cas d'un potage. En le préparant avec des légumes bio, Philippe paie évidemment plus cher que s'il achetait des légumes issus de la grande distribution. Mais la différence de prix est à peu près compensée parce que 18 kg de légumes bio suffisent, alors qu'il lui faudrait 25 kg de légumes de la grande distribution pour atteindre le même résultat en terme de goût.

20080420 Slow Food Philippe Renard 015

20080420 Slow Food Philippe Renard 022
 

La préparation d'une entrée ? Philippe utilise par exemple du vrai jambon d'Ardenne, plus cher certes, mais tellement plus goûteux qu'il en faut moins. De plus, la fabrication de ce type de jambon est moins traficotée et reste à échelle humaine. Pas besoin d'emballages sophistiqués et surperflus pour le conditionner.

20080420 Slow Food Philippe Renard 009

Un plat de poisson ? Le saumon bio coûte environ un tiers du prix en plus que le saumon ordinaire. Ce surcoût de départ, Philippe le maîtrise en réduisant la quantité d'un tiers. Mais oh miracle! cette portion réduite s'avère procurer naturellement une plus grande sensation de satiété que le saumon non bio.

20080420 Slow Food Philippe Renard 080

Des saveurs aromatiques pour vos plats. Oubliez les "petits cubes" et favoriser les herbes qui poussent spontanément autour de chez vous. Un soupe aux orties, une salade à l'alliaire, un confit de violettes odorantes, une gelée de sureau, c'est à la portée de quiconque veut se donner la peine d'aller les récolter en saison sur les lieux non pollués qui subsistent encore. Philippe Renard nous montre le bon l'exemple; il avait  apporté notamment – pour nous concocter un délicieux menu en gestes experts et rapides – de l'ail des ours qu'il était aller cueillir lui-même le matin dans son terroir du pays de Liège. Un délice de fraîcheur et de goût qui ne coûte que … plaisir de le cueillir.

 20080503 Ail des ours

Pour le dessert, une simple mousse au chocolat. Mais qu'elle mousse, mes amis ! Et réalisée en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Un des secret de cette mousse : surtout pas de sel dans la préparation, insiste Philippe, sans craindre un instant d'affirmer le contraire de ce qu'on lit dans à peu près tous les livres de cuisine. Et il explique bien entendu la réaction défavorable que cette pincée de sel malvenu aurait sur les oeufs au cours de la préparation !

20080420 Slow Food Philippe Renard 098

Je pourrais multiplier ainsi les exemples concrets que nous donne le chef. Mais la réponse à notre question émerge déjà : le bio, c'est plus cher à l'achat … mais – avec un peu de discernement bien entendu – ce n'est pas vraiment plus cher que le non bio. Alors ….

20080420 Slow Food Philippe Renard 072
 

L'approvisionnement bio s'inscrit idéalement dans l'économie de proximité. La proximité, c'est la convivialité. La filière courte limite le suremballage, favorise la fraîcheur et privilégie le goût des aliments.

Philippe Renard n'a rien dit ce soir là qu'il n'ait prouvé. Les dégustations qu'il nous a servies ont séduit tous les participants. Et Philippe c'est fait beaucoup, beaucoup de nouveaus amis … prêts à lui emboîter le pas.

Pour ceux qui ont manqué cet événement Slow Food KARIKOL, il y aura de quoi éprouver de la frustration. Pour ma part, je souhaite que Philippe revienne rapidement animer une nouvelle réunion de ce type pour le plus grand plaisir de tous. Avis à l'intéressé et aux membres de notre comité organisateur !

José

http://lesjardinsdepomone.skynetblogs.be

20080420 Slow Food Philippe Renard 026

Share

Bon, propre et juste … Défi à la « malbouffe »

Petrini Carlo, Président mondial de SLOW fOOD
Carlo Petrini

Aux côtés de notre présidente Malika et de tous nos amis de "Karikol" (le convivium SLOW FOOD bruxellois), Anne et moi nous réjouissons de la venue à Bruxelles, mercredi en huit, du sociologue italien Carlo Petrini, fondateur du mouvement mondial auquel nous adhérons, et pourfendeur éclairé de la malbouffe ambiante.

Invitation est chaleureusement lancée à tous ceux qui, non seulement se préoccupent du contenu de leur assiette, mais encore, souhaitent découvrir des alternatives bonnes, propres et justes pour leur approvisionnement alimentaire, de participer à cette conférence exceptionnelle. Le débat : Quel type de consommation devons nous adopter pour manger enfin …

 

Bon, propre et juste

Une éthique gastronomique au service de la souveraineté alimentaire

 

 

 

par Carlo Petrini,

fondateur et président de Slow Food, exceptionnellement à Bruxelles

 

Mercredi 9 avril  à 20h

 

Auditoire 1,  Facultés Universitaires Saint-Louis

 

43 Boulevard du Jardin botanique – 1000 Bruxelles –

Métro Rogier ou Botanique

Tram 92 arrêt Botanique

 

 

5 euros

Etudiants, sans emplois: gratuit

 

 

 

 

 

 

 

Révolutionner la gastronomie ?

Au-delà des préoccupations du « manger bien, manger mieux », c'est l'idée même de gastronomie que Carlo Petrini entend révolutionner.

 
LIRE LA SUITE SUR
 

http://karikol-slowfoodbruxelles.skynetblogs.be/post/5710…

Share

CUISINE ET SAVEURS DE TOSCANE

 

Toscane (kulfoldiszallasok.hu)


A propos de saveurs toscanes

Beaucoup de connaisseurs considèrent la cuisine italienne comme la meilleure du monde. Et parmi ses inconditionnels, nombreux sont ceux qui proclament que la cuisine toscane est la meilleure de toute l’Italie ! 

 

Anne et moi ne souhaitons pas trancher imprudemment dans un débat aussi passionné. Mais une constatation s’impose d’emblée: la Toscane offre aux gourmets du monde entier une variété exceptionnelle de produits de terroirs particulièrement sains, diversifiés et naturels. Il n’est pas un amateur de cuisine digne de ce nom qui puisse négliger longtemps de les découvrir et de les goûter. 

 

Dans une civilisation où la « malbouffe » est banalisée et prédominante, quel bonheur de pouvoir déguster encore d’aussi savoureux produits, héritage d’un savoir-faire acquis patiemment au fil des siècles dans une région ou la nature est douce, belle et généreuse. Du pain … à la truffe, en passant par le vin, les fromages et les légumes inégalables, la Toscane n’est que parfums sous ciel d’azur ! 

 

Pas étonnant dès lors que nos amis du convivium SLOW-FOOD KARIKOL de Bruxelles apprécient particulièrement les produits toscans, et aient choisi d’être très activement présents à la troisième édition du Saveurs Toscane qui ce tiendra début mars au Parc du Cinquantenaire à Bruxelles. Qu’on se le dise : cette année, plus de 50 participants vous proposeront de découvrir des produits gastroniques parmi les meilleurs au monde. 

 

L’édition 2007 de Saveurs Toscanes avait connu un franc succès de foule avec plus de 6000 visiteurs. A n’en pas douter, le succès sera encore davantage au rendez-vous cette année, avec la 3ème édition d'un salon qui a déjà conquis méritoirement ses lettres de noblesse dans la capitale de l'Europe. Il se tiendra les 1er et 2 mars 2008 à l’Autoworld (Parc du Cinquantenaire) à Bruxelles.  

 

Attention ! La journée du 3 mars 2008, les portes du salon Saveurs Toscanes seront ouvertes aux seuls professionnels (avec entrée gratuite sur présentation de la carte de visite).   

 

Histoire de vous mettre l’eau à la bouche, voici un aperçu des cessions culinaires auxquelles vous êtes cordialement conviés :

  

 

Samedi 1er mars

 

 

De 11h à 11h35

Dégustation de vin Chianti Rufina organisée par la Fattoria Lavacchio (gratuit)  

 

De 12h à 12h35

Dégustation de vin et d’huile d’olive en combinaison avec des produits du terroir organisée par le chef Enrico Casini de l’Antica Tenuta le Casacce (gratuit)  

 

De 13h à 14h30

Giovanni Bruno « Senza nome » nous présentera 3 préparations gastronomiques brillantes de simplicité. 35 euro/personnes (dégustation-vin et entrée au salon compris)  

 

De 15h à 15h35

Dégustation d’huile d’olive organisée par la Fattoria Capovento (Sous réserve d’une autre présentation) (gratuit) 

 

De 16h à 16h35

Conférence dégustation sur le café Organisé par le café Kimbo (sous réserve d’une autre présentation) (gratuit)  

 

De 17h à 17h35

Conférence Slow Food organisée par le Convivium Slow Food Karikol de Bruxelles (gratuit)

 INTE                                                

Dimanche 2 mars 

 

 

De 11h à 11h35

Dégustation de vin Chianti Classico organisée par la Fattoria Quercia al Poggio (sous réserve d'une autre présentation)

(gratuit)    

 

De 12h à 12h35

Dégustation de fromages toscans organisée par la Fattoria Lischetto

(gratuit)

De 13h à 14h30

Luigi Ciciriello « La Truffe Noire » nous présentera 3 préparations à base de véritable truffe.

35 euros par personne (dégustation, vin et entrée au salon compris).

De 15h à 15h35

Dégustation d'huiled'olive organisée par Terre della Grigia

(gratuit)  

 

De 16h à 16h35

Conférence et dégustation sur les biscuits toscans organisée par l'Antico Forno Santi

(gratuit)  

 

De 17h à 17h35

Conférence Slow Food organisée par le Convivium Slow Food Karikol de Bruxelles (gratuit)

 

Anne et moi espérons pouvoir vous renconter nombreux à ce salon d’exception, et pouvoir vous présenter à nos amis SLOW FOOD. On parlera aussi de bons légumes, c’est sûr !

 

 

 

 

 

Share