Archives de catégorie : Entrées

Velouté de topinambours et de chanterelles à la sauge

P1050884


Simple, savoureux et festif …

Pour les ingrédients, relisez les billets de José sur le topinambour et sur la sauge.

Quant à la chanterelle, alias "girolle" (Cantharellus cibarius) c'est un champignon des bois que sa belle couleur jaune et sa taille moyenne ont rendu très populaire auprès des gourmets. Dans la nature, il adore pousser parmi les mousses, au sein  desquelles il apparaît massivement après les pluies d'orages. Sauvage, il se récolte de juin à novembre, selon les conditions d'humidité. Curieusement, on en trouve à présent presque toute l'année dans le commerce haut-de-gamme. Devinez pourquoi!


Son chapeau ressemble à une petite trompette aux bords ourlés. A l'inverse de la "fausse-girolle" (le Clitocybe aurantiaca ou Hygrophoropsis aurantiaca), les lamelles sous le chapeau ne se détachent pas au grattage. Elles sont charnues, de la même couleur que le chapeau et font corps avec lui. La couleur jaune du pied est plus vive que celle du chapeau.


Girolle (Cantherellus cibarius)      Fausse-girolle (Clitocybe auriantica);jpg
   Girolle ou chanterelle                                Fausse-girolle ou clitocybe

Si les fausses-girolles n'ont pas de goût typique et sont difficiles à digérer, la vraie girolle est vraiment savoureuse – avec un goût qu'on pourrait qualifier de "fruité" – et parfaitement comestible. Parmi les champignons, c'est sans doute celui qui – en gastronomie – accompagne le mieux les poissons. Mais aussi bien d'autres choses comme les viandes de lapin et de veau, les oeufs, les crosnes du Japon … et les topinambours .

 

Ingrédients

(pour 4 pers.)
 
500 gr de topinambours 
500 gr de chantrelles (girolles)
800 ml de bouillon de volaille
1 gros oignon
4 éclats d'ail
3 brins de thym
huile d'olive
beurre
sel/poivre
1 filet de vinaigre de Xéres
4 feuilles de sauge fraîche
brins de ciboulette (garniture)

 

Préparation

 

Lavez et épluchez les topinambours.
Emincez-les à la mandoline (position 2). Réservez-en une poignée pour la garniture finale.
Brossez les chantrelles, coupez le bout des pieds. Gardez-en 16 petits pour le garniture.
Epluchez l'oignon, coupez-le en rondelles (à la mandoline en position 2).
Versez un peu d'huile d'olive dans une casserolle. Faites-y blondir les oignons, ajoutez-y les topinambours et les chantrelles, mouillez avec le bouillon de volaille.
Salez et poivrez.
Portez le tout à ébullition, ajoutez le thym et l'ail. Laissez cuire pendant +/- 30 min.
Laissez refroidir. L'ensemble sera ainsi bien infusé.
Retirez le thym et l'ail. Passez le tout au mixeur plongeur. Passez votre velouté au chinois.
Rectifier l'assaisonnement. Faites chauffer sans boullir. Ajoutez un trait de vinaigre de Xérès.
Laissez fondre un peu de beurre dans une poêle; faites y revenir, brièvement, les topinambours et les chantrelles restantes. Salez et poivrez.
Ajoutez-y la sauge finement ciselée.
Servez le velouté dans des bols, déposez-y la garniture au milieu.


Bon appétit

Anne


 

P1050887

Share

Black Cherries aux crevettes grises, sauce wasabi, garniture de ficoïde glaciale‏

_MG_3265

( Photo : Alexandre Bibaut, dans la cuisine des Jardins de Pomone )

( Réalisation et stylisme culinaire, Malika Hamza )

 

Black Cherries aux crevettes grises, sauce wasabi, garniture de ficoïde glaciale‏

 

 

 

Parmi les 134 variétés de tomates que José et moi cultivons cette année figure la "Black Cherry" ou "Cerise noire". C'est une variété très productive, dont les petits fruits sphériques (15 à 20 gr chacun), de couleur violacée, révèlent une saveur particulièrement douce, agréable, légèrement sucrée. Elle convient spécialement pour les amuse-bouches, les garnitures et les salades. Je l'ai choisie comme ingrédient pour cette petite recette d'été.

Autre ingrédient utilisé ici : la ficoïde glaciale, à laquelle José consacrait son billet d'hier. (Cliquez sur ficoïde glaciale pour le lire)

Concernant le wasabi, il s'agit d'un condiment typique de la cuisine japonaise – devenu fort à la mode -, obtenu à partir des racines rapées d'une plante de la famille des brassicacées et utilisé notamment pour la préparation des sushis. Le goût puissant du wasabi (qui rappelle le raifort) lui vaut d'être souvent appelé aussi "moutarde japonaise". Le produit se présente sous la forme d'une pâte verte disponible dans le commerce.


Enfin, pour les crevettes, préférez toujours des crevettes grises épluchées à la main, certes un peu plus chères, mais tellement plus goûteuses qu'il en faut moins. Vous aurez la certitude qu'il ne s'agit pas de crevettes de la mer du Nord décongelées après un long voyage aller/retour au Maroc.
 

Ingrédients

(pour  12 bouchées apéritives)
 
12 tomates Black Cherry (ou tomates à tapas)
120 gr de crevettes grises épluchées
12 brins de ciboulette ciselés
2 c à S de mayonnaise
2 à 3 pointes de couteau de pâte wasabi (quantité à votre goût)
quelques branches de ficoïde glaciale

 

Préparation

 
Lavez les tomates, laissez leur la queue (plus élégant à la présentation)
Taillez une calotte dans le tiers supérieur des petites tomates.
Evidez un peu de chair à l'aide d'une cuillère. Retounez-les sur une assiette afin qu'elles égouttent un peu.
Dans un saladier, mélangez les crevettes, le wasabi, la mayonnaise et la ciboulette. Rectifiez l'assaisonnement si nécessaire.
A l'aide d'une cuillère, remplissez les tomates avec la salade de crevettes.
Repositionnez les calottes sur les tomates, mettez au frais pendant une demi heure au moins.
Servez avec les branches de ficoïde glaciale crues.

 

Bon appétit et à bientôt,

Anne

 

Tomate Black Cherry 2007 07 26 034

Tomate Black Cherry

(Copyright: Les Jardins de Pomone)

Share

Triolette de « Portabella »

20080322 044

 

20080322 045

Le "Portabella" est un champignon dit "champignon marron", au  pied est très court et au chapeau pouvant dépasser 15 cm de diamètre. Sa chair est bien ferme, sa conservation plus longue que n'importe quel autre champignon; ce qui en fait la variété idéale pour les cuissons au barbecue. Il acquiert ces qualités grâce à son mode de culture: il s'agit en effet d'un champignon que les cultivateurs qualifient de "mûr", parce qu'ils le laissent croître plus longtemps que les autres variétés avant de le récolter.

Son grand chapeau le désigne idéalement pour des préparations farcies. Dérisoirement calorique, il est aussi particulièrements apprécié pas les "végés".


 
Recette pour 2 personnes

(Idéal en accompagnement d'une viande blanche rôtie)

Ingrédients


3 "Portabella"
3 c à S d'huile d'olive + 1 c à S pour le plat à four
4 demi tomates séchées conservées dans de l'huile aromatisée + 1 c à S d'huile aromatisée
40 gr de chorizo piquant
50 gr de fromage bleu Stilton
2 échalotes émincées très finement
1 c à c de vinaigre balsamique blanc
Muscade
3 c à S persil plat moulu 
1 gousse d'ail dégermé
Qqs brins de thym frais
Qqs brins d'origan frais
2 c à S de chapelure (neutre)
Poivre

 

Préparation


Brossez les "Portabella" à l'aide d'une petite brosse à champignons (voir photo ci-dessous). Comme la plupart des champignons, il est préférable de ne pas les laver, afin d'éviter qu'ils ne deviennent spongieux et perdent le meilleur de leur goût.
Enlevez le pied. Celui-ci se détache facilement et proprement par un léger mouvement vrille. Emincez finement la chair des pieds de champignons.
Cuisez les chapeaux des champignons dans une poêle avec 3 c à S d'huile d'olive, côté lamelles vers le haut, pendant 4 à 5 min.

Dès l'apparition d'un dépôt d'eau dans la cavité du pied, retournez les champignons dans la poêle et laissez les rôtir pendant 2 min. Mettez-les en attente dans le plat à four.

 


 
Préparation des différentes garnitures pour farcir


 
1 – Farce aux tomates séchées


Egouttez les tomates séchées et émincez- les. Mettez-les dans un bol, ajoutez-y le 1/3 de chair des pieds des champignons, la 1/2 des échalotes émincées, poivrez, effeuillez le thym, ajoutez 1 c à S d'huile aromatisée, mélangez bien le tout. Ajoutez 1/3 du persil haché, 1 c à S de chapelure, mélanger encore. Garnissez le premier Portabella avec ce mélange.


 
2 – Farce au chorizo


Enlevez la peau du chorizo, coupez-le en petits cubes. Faites cuire les cubes à la poêle anti-adhésive, et ce pendant 2 à 3 min.
Dans un bol, mettez les cubes de chorizo cuits,  1/2 des échalotes, 1/3 de la chair des pieds de champignon, quelques feuilles d'origan hachées, poivre, 1/3 du persil haché, 1 c à S de chapelure. N'ajoutez pas d'huile, le chorizo fera office de corps gras. Garnir un champignon avec cette farce.


 
3 – Farce au "Stilton" (*)

(*) Stilton est le nom d'un village d'Angleterre mondialement connu pour son fromage persillé, fabriqué à partir de lait de vache (50% de matières grasses). Produit exclusivement dans les comtés de Derby, Leicester ou Nottingham, ses règles de fabrication strictement respectées lui ont valu le label AOC octroyé par la Commission européenne.  Seules sept fromageries sont autorisées à le produire. De l'avis de nombreux chefs, c'est un fromage fabuleux, qui se démarque nettement dans certaines préparations culinaires …


Débitez le stilton en petits cubes. Dans un bol, mettez la chair des pieds de champignon, le stilton, la vinaigre balsamique blanc, la muscade, poivre et le 1/3 restant de persil haché. Mélangez soigneusement le tout et poivrer. Garnir un champignon avec ce mélange.
 


Avantage appréciable pour la cuisinière : jusqu'à ce stade de la recette, les champignons peuvent être préparés quelques heures à l'avance.


Pour terminer, il suffit de les enfournez 15 min à 180°.

 

 

Bon appétit,

Anne 

 

20080322 026

 

20080322 037

 

20080322 047

 

20080322 048
 

20080322 049

Share

Beignets aux fleurs de sureau

Sureau  2007 05 08 022

Malgré le temps maussade, j'ai rendu ce matin visite à nos potagers pour contrôler les premiers semis de pleine terre et la reprise végétative des plantes bisannuelles et vivaces. Si la neige inattendue du week-end pascal avait laissé présager un retour hivernal dangereux, la nature reste grandement en avance cette année et n'en semble pas affectée. Tel est le cas du sureau noir qui squatte spontanément nos haies d'aubépines. Les ombelles de fleurs sont déjà bien visibles. Et leur vue me remémore une recette de cuisine sauvage un peu déjantée que j'avais expérimenté l'an dernier, et qui m'avait particulièrement goûté. (Il est vrai que j'adore de mettre "le Diable à la table du Bon dieu!".) La voici : 

(Pour 4 personnes)

Ingrédients

Fleurs de sureau en ombelles 

300 g de farine

2 oeufs

40 cl de lait

2 càS de rhum agricole de la Martinique (AOC)

1 càS de sucre

Huile de friture

Préparation

Sous un filet d'eau, lavez doucement les ombelles avec leurs fleurs. Rincez, égouttez et laissez sécher sur du papier absorbant; (Attention, des fleurs encore trop humides risqueraient de provoquer des projections d'huile brûlante lorsque les beignets seront plongés en friture.)

Dans un grand bol, versez le farine. Ajoutez-y les oeufs, le sel et le rhum. A l'aide d'un fouet, mélangez le tout en l'arrosant progressivement avec le lait, afin d'obtenir une pâte onctueuse et homogène.

Laissez reposer la pâte pendant 30 min.

Trempez les grappes de fleurs dans la pâte, puis plongez-les ensuite dans l'huile bien chaude de la friture.

Lorsque les beignets sont bien dorés, retirez les de l'huile. Saupoudrez-les avec un peu de sucre impalpable.

Servez aussitôt.

 


Beaucoup d'entre nous connaissent le sureau noir (Sambucus nigra L. –  famille des caprifoliacées). Cette connaissance est, comme j'ai pu le constater, fréquemment liée à des souvenirs d'enfance. Ainsi, lorsque j'interroge mes amis jardiniers à ce propos, je les entends souvent évoquer une petite quinte de toux d'enfant, que "bonpapa et mamy", très inquiets, tentaient de calmer en offrant un bonbon … au sureau noir ! Et vous ?

Aujourd'hui, alors que j'ai le cheveu rare et blanchi et que mes grands-parents m'attendent depuis longtemps dans l'éternité, je peux l'avouer! Au temps de mes culottes courtes, je toussais très, très  souvent quand je séjournais chez eux … pour me voir offrir avec une tendre compassion un de ces bonbons "micaments" que j'avais appris à apprécier en les suçant. La gourmandise, déjà … mais pas n'importe laquelle !

Dans la grande pharmacopée naturelle mise depuis en suspicion par l'industrie pharmaceutique, le sureau avait la réputation d'être fort efficace pour combattre les états de "refroidissement" ou de grippe. Ce qu'on appelait "refroidissement" il y a quelques dizaines d'années, c'était le plus souvent de ces petites offensives virales entraînant une indisposition générale, avec maux de tête, fièvre modérée, vertige, sensation de faiblesse et douleurs multiples dans les membres … que l'on soignait en restant au lit ou au chaud pendant 24 ou 48 heures et  en absorbant sous différentes formes quelques "simples", sans recourir à l'intervention du médecin. (Attention! Ces symptômes du "refroidissement" sont assez semblables à ceux de la vraie grippe – l' influenza -, mais le traitement de cette dernière est raisonnablement toujours du ressort du médecin de famille!)

Les plantes médicinales utilisées en cas de refroidissement, étaient réparties en trois catégories: celles qui contenaient de forte doses de vitamine C (comme l'argousier, le cassis ou le cynorhodon), celles qui stimulaient le système immunitaire (comme l'échinacée, l'eupatoire ou le thuya) et enfin, celles qui produisaient un effet sudorifique (comme le tilleul à petites feuilles, la reine des prés et … le sureau noir.)

Le sureau n'est pas seulement cette plante médicinale remarquable dont l'écorce, les feuilles, les fleurs et les fruits ont servi durant tout le Moyen-âge à la préparation de nombreux remèdes aux propriétés sudorifiques, diurétiques, purgatives, ou vomitives réelles. Il peut aussi entrer dans notre alimentation.

Sureau? Alimentation ? Ah oui, les baies me direz-vous ! Et je vous l'accorde bien volontiers, les baies de sureau, c'est excellent pour la santé. Mais attention, ne les mangez pas crues – sinon avec une extrême modération – faute de quoi vous pourriez mobiliser les toilettes un peu plus souvent qu'à votre tour. Les baies non cuites sont vraiment très, très laxatives ! Mais cuites, elles permettent la préparation de délicieuses compotes, de garnitures, de gelées, et de sauces très prisées par ceux qui savent apprécier une cuisine rustique et sauvage.

Enfin, les fleurs de sureau, disponibles au printemps, permettent de nombreuses préparations parfumées. Outre la recette des beignets que je viens de partager avec vous, il y en a bien d'autres dont je vous parlerai, par exemple une délicieuse tarte aux pétales de coquelicots et aux fleurs de sureau.

Votre bien chlorophyllement dévoué,

José

 

 

20080322 006 Sureau

 

Sureau (baies de) (nicksellen.co.uk)

 

Sureau (baies de) (hort.purdue.edu)

Share

CROSTINI ALLA TOSCANA CON RICOTTA E CAFFÈ

20080220 001

Crostini alla toscana con ricotta e caffè

 

Un antipasto simple, vite fait et absolument épatant.Il faut l'avoir dégusté pour comprendre toute la subtilité que lui apporte un pincée de bon café italien !   

Les quelques ingrédients ci-après sont à doser selon vos goûts et votre humeur du jour.

 

Ingrédients

Ricotta

Pignons de pin grillés

Café moulu (bon expresso italien)

Miel (facultatif)

en accompagnement : du pain rôti à l'huile d'olive.

Préparation

Déposez la ricotta sur une assiette.

Faites couler par-dessus un peu de miel, puis parsemez avec quelques pignons de pin.

Terminez en saupoudrant avec deux pincées de café moulu.

 

J'accompagne ce surprenant délice de petits bâtonnets de pain grillés à l'huile d'olive.
 
Ah ! j'allais l'oublier … Ouvrez aussi une bonne bouteille de vin rouge toscan! Cin-cin … et laissez vous bercer.

 

Anne 

 

20080220 002

Share

Velouté de patate douce aux poires

20080210 001

nter 

Ingrédients 

(Pour 4 personnes)

 

  • 4 poires (+/- 150 gr/pièce) fermes pelées, sans le coeur, coupées en cubes de 2 cm
  • 600 gr de patate douce à chair orangée en cubes de 2 cm
  • 1 petit oignon blanc émincé finement
  • 3/4 de litre de bouillon de légumes filtré (eau – 2 carottes – 2 oignons – 2 branches de céléri – thym – laurier – clou de girofle – sel/poivre)
  • 25 gr de beurre
  • 250 ml de crème entière
  • Poivre de la Jamaïque
  • Sel et poivre du moulin
  • Quelques feuilles de menthe fraîche
     

Préparation

 

Dans une casserole, faites fondre le beurre à feu moyen.

Incorporez-y l'oignon émincé; faites le fondre pendant 2 à 3 min, sans le laisser brunir.

Ajoutez les cubes de poires et patates douces, cuisez 2 min tout en continuant de remuer.

Versez le bouillon filtré sur les fruits/légumes.

Saupoudrez 2 pincées de poivre de la Jamaïque.

Portez à ébullition et faites cuire 20 min.

Mixez le tout jusqu'à obtention d'un mélange onctueux.

Salez et poivrez. Incorporez la crème et réchauffez doucement (ne pas faire bouillir).

Servez dans les bols, saupoudrez de poivre de la Jamaïque et décorez de feuilles de menthe.

 

20080210 007

Share

Potage à la bière Moinette blonde

 

 20080119 004 Soupe à la bière

 

 inter

Potage à la bière « Moinette blonde »

inter 

Depuis quelques années, en Belgique, on célèbre vers la mi-janvier une  « semaine de la soupe ». Curieuse idée venue de je ne sais où, mais qui correspond à une incroyable promotion commerciale de soupes et potages de toutes sortes dans les grands magasins. 

 

A cette occasion, je tenais à vous proposer un potage très original, histoire de sortir un peu des sentiers battus et de vivre avec vous une expérience culinaire de « belgo-fusion ». 

 

Depuis quelques temps, je pensais à une surprenante « soupe à la bière », semblable à celle que quelques chefs belges audacieux ont déjà mis à leur carte et qui rencontre un succès étonnant, plus spécialement auprès de la gent masculine. 

 

Mais les quelques tentatives que j’avais faites ces derniers jours avec différentes bières réputées de bonne qualité et de haute fermentation ne m’avaient pas convaincues du tout. Et je craignais que la recette ne déplaise à trop de blogonautes qui me font confiance.

 

Après avoir lontemps hésité, j’ai pourtant décidé de franchir le Rubicon aujourd’hui. En effet, j’ai enfin trouvé «la » bière qui convient, une bière assez fortement alcoolisée (8,5 %), douce, fruitée, chargée de toute la subtile amertume que lui confère une aromatisation exceptionnelle aux fleurs (femelles) de houblon fin. 

 

Cette bière qui fait finalement toute la différence, c’est la «Moinette blonde », brassée artisanalement à Tourpes, dans la province de Hainaut.  Voici la recette :  

 

Pour 4 personnes

Préparation et cuisson :  20 min

 

 

Ingrédients
 

5 dl de bouillon de bœuf très corsé
5 dl de bière (type Moinette blonde) *
5 cm de gingembre frais râpé
3 1/2 c à S de tapioca (perles du japon) **
Muscade râpée en QS
Sel et poivre
4 c à S de crème légèrement battue (ou mascarpone)
Qqs feuilles de coriandre
 

 

 

Préparation et cuisson
 

Amenez le bouillon à ébullition. Dès frémissement des premières petites bulles de bouillonnement (à surveiller de près, étape importante pour préserver la subtilité de l’amertune du houblon), ajoutez la bière, le gingembre et la muscade.
Ramenez au point de légère ébullition, puis ajoutez le tapioca, le sel et le poivre.

Laissez cuire lentement à feu doux pendant 10 à 12 minutes maximum.

Remuer de temps en temps, pour que le tapioca ne puisse pas s'agglutiner  dans le fond.
Mixer le tout. Rectifier l'assaisonnement si nécessaire.
Passez le potage au chinois fin.
Servez avec une quenelle de crème battue (Ici, j'ai utilisé le mascarpone,assez lourd et donc peu « flottant ») et quelques quelques feuilles de coriandre.

  
*
Pour tout savoir sur la bière «Moinette », cliquez sur le lien : http://www.brasserie-dupont.com/dupont/Default.aspx?Page=moinetteblonde 

 


**
La fécule tapioca est obtenue à partir des racines du manioc (cassave). En cours de cuisson, les petites perles blanches deviennent plus ou moins transparentes et lient admirablement le potage.   

 

Qui ose après moi???  J'attends vos réactions !

 

Amicalement,

 

  

Anne

 

20080119 002 Soupe à la bière

 

20080119 006 Soupe à la bière

Share

Potage à l’oignon et noix de marcassin fumée

20080107 013

Copyright: lesjardinsdepomone@hotmail.com

 

 

 

 

 

 

 

 

INTER 

 

Potage à l’oignon et à la noix de marcassin fumée

(pour 4 personnes)

Préparation et cuisson : 35 min

  

Ingrédients


1 L 1/2 de bouillon de légumes
500 gr d'oignons d'Alost
1 c à  S de farine
1 grosse carotte
3 pommes de terre (farineuses)
60 gr de beurre + 10 gr
100 gr de noix de marcassin fumée coupée en petites lanières
Sel et poivre

 

 

 

 

 

 

  Préparation et cuisson

Epluchez et coupez les oignons d'Alost en fines rondelles. Prélevez-en 400 gr que vous faites fondre dans 60 gr de beurre

Menez cette opération très lentement pour que les oignons fondent sans saisir.

Lorqu'ils sont bien blonds, saupoudrez-les avec 1 c à S de farine et faites dorer le tout.
Ajoutez le bouillon, la carotte, les pommes de terre coupées en brunoise, tout en remuant sans cesse afin d'éviter la formation de grumeaux. Salez (pas trop !) et poivrez, puis laissez cuire pendant 20 min.
Passez le tout au mixer.
Pendant la cuisson, faites blondir dans un poêlon les 100 gr d'oignons restants dans 10 gr de beurre.
Incorporez-les à la soupe mixée et ajoutez les petites lanières de noix de marcassin fumée.
Faites encore cuire le tout pendant 7 min.
Rectifiez l'assaisonnement si nécessaire.

Selon votre goût, saupoudrez des flocons de parmesan fraîchement râpé.
Servez sans tarder.

 

20080107 017

Copyright: lesjardinsdepomone@hotmail.com

20080107 006..

Share

Spirelli de carottes à la carbonara

20080107 052

 

Il était temps de mettre un peu d’ordre dans la cave. La pénombre et la fraîcheur qui  règnent en ce lieu ne sont pas spécialement stimulantes en hiver, et depuis plusieurs jours, je remettais systématiquement au lendemain cette nécessaire opération de rangement.  

 

Aujourd’hui pourtant, le soleil s’est généreusement manifesté dans un beau ciel bleu (c’est la première fois de l’année 2008 !). Et les quelques rayons puissants qu’il a lancé à travers les soupiraux m’ont fait découvrir une cave agréablement illuminée. Je me suis aussitôt mise au travail avec enthousiasme. 

 

J’inspecte les rayons, j’ouvre les armoires. Des yeux, j’inventorie les tas d’ustensiles de cuisine pour lesquels je n’ai pas assez de place dans la cuisine. Bon sang, qu’est-ce qu’on peut accumuler comme « brol » au fil des mois ! Je découvre notamment plusieurs ustensiles dont j’avais complètement oublié l’existence et qui parfois même n’ont jamais servi.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Parmi ces laissés pour compte, mon regard se pose soudain sur une belle boîte en carton jamais ouverte. Sur le couvercle, on peut lire en grand, Spirali Lurch. Je déballe. Elle contient un « spiraleur », petit appareil qui permet des découpes originales de légumes. (voir photo)

 

inter

 

Spirali Lurch - appareil de cuisine

INTER 

 Aussitôt, cela me donne une idée ! Il me reste quelques unes de ces carottes de différentes couleurs dont je vous parlais dans ma précédente recette. Je vais immédiatement remonter à la cuisine, et tenter une nouvelle petite recette personnelle de carottes multicolores.

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici ce que cela a donné. Le résultat a séduit mon Vertumne et mon palais. Pourquoi ne pas le partager avec vous ?

 

INTER

 

 

20080107 056

  

 

Spirelli de carottes à la carbonara

 

 

Ingrédients

(pour 4 personnes)
 
2 carottes jaunes
2 carottes orange
2 carottes violettes
2 échalotes émincées (des griselles, mes préférées ! Leur saveur est plus subtile.)
2 c à S de fines herbes fraîches en mélange (persil, cerfeuil, estragon, ciboulette)
300 gr de lardons fumés sans couenne
4 oeufs
60 gr de parmesan
Sel et poivre
 

 

 

Préparation et cuisson
 
Epluchez vos carottes et rincez-les.
Confectionnez des spirales.
Dans un wok, faites revenir les lardons, les échalotes, sans matière grasse, jusqu'à légère coloration.
Ajoutez-y les spirales de carottes.
Ajoutez les fines herbes, le poivre du moulin.
Laissez revenir le tout pendant 5 min en remuant bien.
Les carottes doivent rester "al dente".
Enlevez le wok de la source de chaleur et incorporez un à un les œufs à son contenu, tout en mélangeant.
Râpez votre parmesan au dernier moment et incorporez-le aux carottes.
Rectifiez l'assaisonnement si nécessaire.
Disposez votre préparation au milieu des assiettes en formant de petites tourelles.

 

Servez aussitôt. 

 

 

 

 

Bon appétit,

Share

Trio de carottes en verrine, magret de canard séché, et vinaigrette orientale

20080107 044

Trio de carottes en verrine, magret de canard séché, et vinaigrette orientale‏

 

 

 

Contrairement à une idée très répandue, les carottes ne sont pas toutes de couleur rouge-orangé. Il existent également un bon nombre de variétés de carottes blanches, jaunes ou mauves. C'est ce que veut illustrer cette petite recette toute simple.

On pourrait croire que ces racines multicolores appartiennent à des variétés nouvelles créées spécialement pour être commercialisées afin de satisfaire un public épris d'ingrédients nouveaux et insolites. Il n'en est rien ! Ce sont des variétés anciennes améliorées et remises à l'honneur depuis quelques années. Comme leurs propriétés gustatives et diététiques sont quasiment les mêmes que celles des carottes classiques, pourquoi ne pas s'offrir le plaisir de jouer avec le contraste des couleurs ?

 

 

Ingrédients

(pour 4 verrines)

1 carotte "Orange de Colmar"
1 carotte "Jaune du Doubs"
1 carotte "Violette de Grèce" ou "Purple Haze"
16 tranches fines de magret de canard séché
4 petits coeurs d'artichauts à l'huile
qqs feuilles de persil plat (garniture)

 
Vinaigrette
 
6 c à S de jus d'orange frais
3 c à S d'huile de sésame
1/2 c à c de ras-el-hanout
Quelques brins de persil plat
Poivre

Préparation

 

Pelez et lavez les carottes.
Râpez-les.
Répartissez-les dans les verrines
Dans un bol, mettez à dissoudre le ras-el-hanout dans le jus d'orange. Bien mélanger.
Ajoutez l'huile et émulsionnez soigneusement. Ajoutez du poivre si nécessaire.
Hachez le persil plat et ajoutez le à la vinaigrette.

Assaisonnez les carottes râpées avec la vinaigrette.
Ajoutez le magret sur les carottes râpées.                            

Coupez les coeurs d'artichauts en deux et placez les moitiés sur les carottes, ainsi que 2 feuilles de persil.

Pour une bonne vinaigrette :
 
– Faites dissoudre le sel dans le vinaigre.
 
– Ne mélangez pas trop d'aromatiques différentes, car certaines saveurs peuvent "se tuer" entre elles !
 
– Réalisez-la au robot, vous éviterez le risque qu'elle ne se dissocie.
 
– Si vous utilisez vinaigre, huile et moutarde, respectez les quantités suivantes :  1/3 vinaigre, 2/3 huile et 1 c. à c. de moutarde
 
– Si vous utilisez du jus d'agrumes et de l'huile, respectez la répartition 50/50
 

La vinaigrette à l'orange s'accorde à merveille avec le goût doux des carottes anciennes

20080107 035

Share