Archive pour la catégorie ‘Conserves maison’

La CRAMAILLOTTE: du « miel » de pissenlit

P1100594

 

Un célèbre dandy du 19ème siècle, homme de lettres aux rares heures du jour et de la nuit où il ne se trouvait pas en brillante compagnie dans les salons parisiens branchés, a un jour rendu cet humble hommage en vers à une des plantes sauvages les plus communes de nos campagnes.

Sachez bien que le pissenlit

N'est pas une fleur ordinaire

Il n'a pas d'esprit vulgaire  …

Malgré tout ce que l'on dit

Il est doué d'un caractère

Qui sait assurer son crédit

Et l'établir sur la terre

 

Robert de Montesquiou-Fézensac (1855-1921)


P1060956 Pissenlit

 

En cette saison, nos potagers s'égayent  d'une profusion de fleurs de pissenlits : un firmament de petites étoiles jaunes dans un ciel de verdure caressé par le soleil printanier. Quant aux rosaces de feuilles bien vertes et tendres, elles peuvent agrémenter de  tonifiantes salades printanières accompagnées – selon l'humeur  – d'ail des ours, de jeunes feuilles de cerfeuil musqué, de petits lardons, de pignons … ou encore régaler nos poules.


P1100529

Il faudrait être un incurable "rat des villes" pour ne voir dans cette gaillarde plante champêtre qu'une vulgaire "mauvaise herbe" qui fait faire "pipi au lit". A celles et ceux d'entre vous qui n'auraient pas encore eu l'occasion de se départir des préjugés citadins, voici une recette qui ouvrira d'autres perspectives.

En Franche-Comté, c'est de tradition au printemps, on prépare la salade aux cramaillots (= pissenlits), ou la "cramaillotte"(= gelée, confiture ou miel de pissenlits).

Cette fois, c'est José qui a pris le temps de cueillir les capitules (+/- 750); ensuite j'ai joué moi-même à la petite abeille en détachant les fleurs jaune-or des réceptacles et involucres qui les entourent. Ce travail un peu fastidieux permet de ne garder que les pistils, ce qui donnera une préparation moins amère.


P1100523

Pour la cueillette, le bon truc c'est de récolter les fleurs de pissenlit entre 12 heures et 15 heures. Cela correspond au moment de la journée où elles sont le mieux épanouies et offrent  le plus de pollen.

Sitôt la cueillette terminée, passez à la préparation.  Le résultat sera d'autant plus distingué si vous n'avez pas attendu  que les fleurs ne se soient refermées.

Je vous préviens,  c'est un labeur patient de bénédictin que de récupérer les pistils, mais le jeu en vaut vraiment la chandelle !

 

P1100535

Beaucoup de recettes de "miel" de pissenlits sont réalisées avec du sucre du type "vite pris", "sucre gélifiant", "express". Perso, je n'aime pas beaucoup travailler avec ces produits et préfère de loin le sucre cristallisé du type "Grand pont" spécial confiture. J'obtiens ainsi une texture proche de celle du miel liquide d'acacia. Le goût est divinement floral, avec en prime une agréable petite note de tilleul que les gourmets apprécieront.

 

P1100539

J'ai préféré le laisser à consistance un peu liquide, ce qui me permettra de l'intégrer plus facilement dans d'autres préparations.

Lors de mon premier essai de dégustation de la "cramaillotte", je l'avais associée avec un fromage de Comté – affiné 12 mois – et quelques grosses bonnes tranches de pain de campagne. Un vrai délice !

 

Matériel et ingrédients

Pour 12 petits pots de 175 ml

- les pistils de +/- 750 fleurs
- 2 l d'eau
- le jus de 3 oranges bio
- le jus de 2 citron jaunes bio
- 85 % de poids en sucre cristalisé du jus obtenu après   égouttage
- une bassine à confiture en cuivre
- un tamis

 

Préparation


Versez les 2 l d'eau dans une bassine à confiture. Pressez les agrumes. Filtrez le jus obtenu dans un tamis.
Ajoutez le jus d'agrumes à l'eau.
Jetez-y les pistils.
Bien remuer.
Amenez à ébullition tout en remuant souvent. Faites cuire pendant 45 min à petits bouillons. Si l'eau s'évapore trop vite, en rajouter par petites quantités chaudes à la fois.
Laissez refroidir le tout durant une nuit.

Au matin, passez le tout au tamis et laissez égoutter toute la matinée. En fin d'égouttage, pensez à bien presser l'ensemble afin d'en extraire le maximum.
Vous obtiendrez un jus pas très limpide, c'est normal !

Pesez la quantité de jus obtenu. Ajoutez 85 % de sucre par rapport au poids total de jus obtenu.
Dès les premiers bouillons, écumez la mousse blanche. Plus vous écumerez, plus votre "miel" sera translucide.
Dès qu'il n'y a plus de mousse blanche, baissez le feu et laissez cuire à petits bouillons pendant 50 min., tout en tournant de temps en temps dans la préparation.

Mettez aussitôt en pots, et couvrez.

Si vous conservez les pots au frigo, votre "cramaillotte" aura tendance à s'épaissir, sans que cela soit préjudiciable à la qualité de votre préparation.


Se conserve +/- 2 mois.

 

Belle découverte et bon appétit,


Anne

 

P1100522

Share

Vinaigre et autres recettes au POURPIER

P1080129

 

Vinaigre et autres recettes au pourpier

 

L'année dernière, José vous avait présenté le pourpier dans un billet qui reste depuis parmi les plus consultés de ce blog :

Un légume oublié : le POURPIER

P1070883 Pourpier doré

Beaucoup d'entre-vous m'avez interrogée depuis sur la préparation du pourpier au vinaigre et surtout du vinaigre au pourpier, une petite merveille condimentaire que les authentiques gourmets savent apprécier à sa juste valeur.

En cuisine, la simplicité va bien souvent de pair avec la finesse du goût. Alors, pourquoi ne pas pas nous affranchir davantage des condiments commercialisés un rien "rococo" du commerce et des mélanges saveurs souvent grossiers du fast food ? En voici un exemple à goûter et comparer.

La recette du vinaigre au pourpier que je vous propose ici est celle celle de mon beau-frère Stéphane, l'alter ego de Christiane, la soeur cadette de José. Outre ses dons artistiques notoires et appréciés, Stéphane est un fin gastronome et adore exercer sa créativité derrière les fourneaux. Il prépare lui-même un bon nombre des ingrédients qu'il utilise pour sa cuisine.


Ingrédients (pour 75 cl)


- 60 cl de vinaigre blanc d'Orléans (60 cl)
- 1 cuillère à soupe de sucre de canne liquide
- 100 gr de pourpier doré bio

Préparation


Lavez le pourpier. Enlevez, si besoin, les tiges trop anciennes. Bien faire sécher dans un torchon en coton.
Versez le sucre liquide dans le vinaigre, bien secouer, veillez que le sucre soit bien dissout.
Introduire les feuilles de pourpier dans la bouteille.
Attendre deux semaines avant de consommer.

Suite aux nombreux courriels que vous m'avez adressé à propos du pourpier, je profite de ce billet pour vous donnez encore quelques infos complémentaires sur son utilisation en cuisine.

  • Le pourpier supporte mal les longues cuissons. On le préfère légèrement croquant.
  • Il se prépare comme des épinards. Faites-le saisir max. 5 minutes dans un peu d'huile; il prendra un goût légèrement citronné.
  • Blanchissez-le 45 sec. dans l'eau salée, puis égouttez. Ajoutez une 1 c à S d'huile de colza, du sel, du poivre, 1 anchois désalé (idéalement trempé dans du lait pendant 15 min) puis haché, 2 gousses d'ail pilées, de la mie de pain au préalable trempée dans du lait pendant 3 min, 2 oeufs entiers. Faites gratiner au four pendant +/- 10 min; Saupoudrez avec du parmesan râpé et de la chapelure.
  • Le pourpier accompagne très bien les poissons au four, pour farcir une dorade par exemple.
  • Quel que soit le mode de cuisson utilisé, il doit être très court pour préserver le léger croquant du pourpier et lui conserver ses propriétés diététiques.
  • En salade avec un poivron assaisonné de citron et d’huile d’olive (La biodisponibilité du fer contenu dans le pourpier sera améliorée par l'abondante quantité de vitamine C contenue dans le poivron et le citron). Adoucissez cette salade, légèrement piquante, avec des tomates bien mûres et goûteuses.
  • Ou encore en salade avec des tomates-cerises, sel/poivre, jus de citron et huile de noix.
  • En potage avec du parmesan : un plat très riche en calcium (pourpier et fromage), d’autres légumes pouvant compléter l’apport en fibres, dont le pourpier n’est pas très riche (des des pommes de terre par exemple).
  • Le pourpier est riche en magnésium, pour l'équilibre neuro-musculaire, riche en fer, pour la respiration des cellules et la force des muscles, riche en vitamines et en acides gras essentiels (omega3).
  • L'alimention des femmes et et jeunes filles est souvent déficiente en magnésium, parce qu'elles ne consomment pas assez de pain et de légumes secs. Un bol de pourpier suffit à couvrir le tiers des besoins quotidiens en magnésium.
  • Profitez de la saison du pourpier pour en faire des salades santé.
  • Le Crétois – dont l'alimentation est réputée la plus équilibrée – mange beaucoup de légumes, dont le pourpier, ainsi que des noix en grandes quantités.Or, le pourpier et les noix sont de vraies mines d’acide alpha-linolénique, acide gras que notre corps ne peut fabriquer et qui est un puissant "anti-caillot", limitant ainsi le risque d’infarctus.
  • Il n'est toujours pas très facile de se procurer du pourpier, chez nous, sur les marchés. Si vous ne pouvez vous en procurer, sachez que l’huile de colza peut le remplacer pour l'apport de ce fameux acide alpha-linolénique.

La culture en pot du pourpier est possible et même facile. Je vous suggère de faire l'essai sur votre terrasse. Et oui, pourquoi pas!  Pour ce faire, utilisez idéalement un bac de 30 cm de diamètre de terre un peu calcaire et modérez les arrosages. L'excès d'eau est fatal au pourpier.

 

Bon appétit,

 

Anne

 

 

05 Pourpier doré à larges feuilles (Portulaca oleracea)

 

P1080120

Share

Confiture aux pêches du paradis, aux framboises et au poivre du Kerala

P1080039

 

 

Petite balade au marché ce samedi matin, en vue de trouver quelques fruits complémentaires à ceux de nos jardins pour mes confitures de saison. J'ai un faible pour les confitures composées de plusieurs variétés de fruits, associées avec des herbes aromatiques ou des épices. Depuis des années, j'ai pris l'habitude de les conditionner en petits bocaux, ce qui me permet de varier mes compositions à chaque petit déjeuner. Un plaisir simple et authentique qui est le gage d'une journée bien commencée …

L'an dernier, j'avais découvert une pêche un peu bizarre, très aplatie, que le maraîcher m'avait vendue comme "pêche sauvage". Il s'agissait en fait d'une pêche Pan tao (ou pentoo), ce qui en chinois signifie "pêche du paradis". Je vous avoue que je n'aurais jamais acheté ce fruit à la forme inusuelle et bizarre si j'avais eu  ce jour-là le choix d'une autre variété de pêche. Mais depuis, je suis devenue une inconditionnelle de cette pêche au goût et au parfum exquis.

Pour s'y retrouver un peu parmi les innombrables variétés de pêches, on les regroupe généralement en 4 groupes établis sur base de deux critères: la peau et le noyau.

1° – les pêches proprement dites, à la peau duveteuse et avec un noyau qui se détache sans peine

2° – les pavies ou persèques, à peau duveteuse également, mais dont le noyau est très difficile à détacher, même losqu'elles sont parfaitement mûres.

3° – les nectarines, identifiables à leur peau lisse et leur noyau qui se détache facilement de la pulpe

4° – les brugnons, également à peau lisse, mais dont le noyau adhère très fermement à la pulpe.

Selon cette distinction, la pêche pan tao (pêche du paradis) – utilisée dans ma recette – appartiendrait au second groupe. Mais elle est à ce point exceptionnelle pour ses qualités gustatives qu'elle mérite vraiment le surclassement. Quand je pense que cette pêche – originaire de Chine, où elle est cultivée depuis au moins 4000 ans – est très probablement l'ancêtre botanique de toutes les autres pêches qui inondent le marché aujourd'hui, je me dis que l'homme – malgré plusieurs  millénaires de sélection variétale – n'a finalement pas réussi à produire des cultivars supérieurs en goût et en parfum. Même s'il existe des dizaines d'autres variétés délectables, la pêche de paradis est – sauf son aspect – un fruit vraiment paradisiaque.


Donut Peach

Les anglo-saxons appellent la pêche de paradis "donut peach" ou "doughnut peach", parce que ce fruit ressemble par sa forme à un de ces beignets dont ils raffolent.

(Emprunt photographique: http://www.mimosanurseryanaheim.com/products.nxg)


Au potager, il me reste quelques framboises à cueillir, pas assez pour les utiliser seules. Alors, pourquoi pas les associer en mélange avec ces pêches au parfum subtil, tout en y ajoutant une épice plus piquante, tel que le fameux poivre du Kerala (Inde), qui viendrait accentuer les parfums des deux fruits. Vite, au travail …

TEST dès ce dimanche matin: dans cette confiture inédite dégustée sur une épaisse tranche de pain légèrement grillée, le léger "piquant" du poivre du Kerala sublime le "velouté" des pêches et des framboises. José et moi nous sommes régalés d'un accord parfait. Inutile de dire que le pot a été complètement vidé sous l'assaut de cuillerées gourmandes.

 

Ingrédients   (pour +/- 3 bocaux de 350 ml ou 8 de 125 ml)
 
- 750 gr de chair de pêche du paradis
- 250 gr de framboises
- 1 jus de citron
- 650 gr de sucre cristallisé "spécial confiture" ici "GRAND PONT" (sucre traditionnel sans pectine)
- 1 c à c de grains de poivre du Kerala

 

Préparation

Plongez les pêches pendant 15 secondes dans de l'eau bouillante; égouttez-les et passez-les aussitôt sous l'eau froide.
Enlevez les peaux.

Rincez les framboises sous un fin filet d'eau froide (si elles ne sont pas bio); faites-les égoutter.
Comme la chair des pêches de paradis ne se détache pas facilement, je vous conseille de procéder de la manière suivante : faites une entaille dans le sens horizontal du fruit; ensuite des entailles dans le sens vertical. Procédez comme si vous enleviez les quartiers d'un agrume; les petits morceaux se détachent de leur attache au noyau.
Versez les fruits dans une bassine à confiture en cuivre (ou autre); répandez par dessus le jus de citron; remuez avec une spatule en bois.
Ajoutez le sucre; bien mélanger. Laissez reposer au frais pendant 4 à 5 heures.
Amenez à ébullition en remuant souvent. Laissez cuire +/- 20 à 30 min.
Ecumez et mélangez souvent votre confiture.
Ecrasez les grains de poivre au pilon; tamisez-le. Ajoutez-le dans la confiture après 15 min de cuisson.
Après 20 minutes, faites le test de la petite assiette froide, qui vous indiquera si la confiture est "prise", car une année n'est pas l'autre en ce qui concerne le taux de sucre dans les mêmes fruits. D'un manière générale, les fruits de l'année ont une meilleure teneur en sucre que les deux années précédentes; le temps de cuisson peut donc être raccourci tout en offrant un résultat identique.
Empotez la confiture et couvrez les pots encore chauds.

 

Bon appétit,


Anne

 

P1080055

Share

Huile d’olive à la LAVANDE OFFICINALE

P1070870
 
 
 
 
Profitons-en, la lavande est en fleur. Et cette année, la floraison est très abondante. Beaucoup d'entre-nous ont de la lavande au jardin ou sur la terrasse, mais j'attire spécialement votre attention sur le fait que seule la lavande vraie ou lavande officinale (Lavandula angustifolia Miller, Gardner) doit être utilisée comme aromatique comestible. Mais comment la reconnaître ?
 
20080629 085 Lavande

 
Cette espèce est très caractéristique avec ses feuilles gris-vert étroites et allongées se terminant en pointe. C'est la lavande la plus agréablement parfumée, celle qui affole le plus les abeilles dès qu'il y a rayon de soleil. On la trouve à l'état sauvage en Provence, mais elle égaie  et embaume également avec générosité nos jardins du Nord.
 
Comme plante aromatique, ce sont les feuilles et les fleurs que l'on utilise, fraîches ou séchées; mais toujours avec parcimonie, parce que le goût est puissant et l'excès produirait de l'amertume.
 
Pour vous faire découvrir ma recette d'huile aromatisée, j'utilise des fleurs fraîches, comme pour mes recettes sucrées, dans les muffins, glaces, etc … Cette fois, je vais jouer la carte "accompagnement pour plats salés.
 
L'huile à la lavande ainsi obtenue est très parfumée. Il faudra donc veiller à l'utiliser avec modération. Quelques gouttes suffiront par exemple à parfumer un poisson préparé.

Préparation 20 min.  -  Cuisson 2 min.

Matériel : bouteille en verre de 21,5 cl (= contenu de 20 cl) – thermomètre

Ingrédients

3 dl d'huile d'olive de bonne qualité
3 branches de fleurs de lavande

Préparation

Laver soigneusement à l'eau bouillante votre bouteille; faites-la égoutter et sécher quelques heures, le goulot vers le bas.
Faites chauffer l'huile à 80 °. Contrôler la T° au moyen de votre thermomètre. Dès la T° atteinte retirez-la du feu.
Vérifiez que votre bouteille est parfaitement sèche.
Introduisez-y les fleurs de lavande, versez l'huile chaude par-dessus.
Fermez avec un bouchon de bonne qualité et NEUF très important pour éviter de transmettre le goût de l'usage précédent.
Patientez une semaine avant la premère utilisation.





Bon appétit,
 
Anne
 
 
 
P1070873
 
 
 
 

P1070866

Share

Esprit des îles : le RHUM qui arrange mes desserts …

P1060851

 

Ce rhum préparé est une fabrication "maison" que j'ai toujours à portée de main : l' "Esprit des Îles". Il me vient souvent à point lorsque des amis débarquent à l'improviste et que je veux leur servir un petit dessert rapide aux accents créoles.


Femme créole en Guadeloupe


Lorsque les soirées sont chaudes ou douces, les convives apprécient les désserts glacés ponctués d'exotisme. A ces moments privilégiés, mon petit rhum préparé fait des miracles. Séduction et bonne humeur assurée …


Rhum en tonneaux
Non, non, ce ne sont pas nos chais

C'est José qui m'a rappelé que je ne vous avais pas encore présenté ce petit délice. Mais je soupçonne fort mon homme d'un intention moins innocente que de vous faire simplement connnaître cette petite recette, parce qu'il est friand des desserts parfumés au rhum : coupes de glaces savarins ou papilottes flambées.

inter

Créole dans les cannes à sucre

Pas de rhum sans cannes à sucre, et pas de cannes à sucre sans labeur créole!

Ingrédients (pour un flacon de 37,5 cl)

37,5 de rhum (blanc ou brun)
1 bâton de cannelle
1 gousse de vanille de Madagascar

 

Préparation

Versez le rhum dans votre flacon; ajoutez un bâton de cannelle et une gousse de vanille préalablement fendue dans la longueur. Refermez bien le flacon, et laissez tirer pendant au moins un mois.

 

Un petit truc qui marche !

Lorsque vous aurez préparé votre "Esprit des îles", vous pourrez placer l'étiquette sur la bouteille en la collant simplement  avec un peu de lait. C'est plus naturel que les "super-colles" à solvants volatiles et toxiques du commerce.

 

Anne

P1060849

Share

Gelée de vin du Beaujolais

P1060486

 

Dans mon post précédent, je vous communiquais ma recette d'un mélange pour pain d'épices et spéculoos et j'attirais votre attention sur d'autres utilisations possibles de ce mélange, notamment pour la préparation d'une gelée qui rencontre beaucoup de succès à ma table : la gelée au vin de Beaujolais.

Comme promis, en voici la recette.

 

Ingrédients

(pour 7 petits pots de 155ml)

1 bouteille de vin du Beaujolais (cépage gamay)
1 kg de sucre type gélifiant
2 c à c de mélange à spéculoos maison (voir post précédent)

Préparation


Versez le Beaujolais dans une marmite, et ajoutez-y le mélange d'épices.
Amenez à ébullition. Dès le premier bouillon, flambez (attention ! pensez à éteindre votre hotte aspirante), puis coupez la source de chaleur.
Attendez que les flammes soient complètement éteintes. Filtrez (Attention cette opération doit se faire rapidement, de manière à ce que le mélange vin/épices ne soit pas trop refroidi. Si nécessaire, redonnez un petit coup de chaleur.)

Ajoutez progressivement le sucre tout en remuant.

Remettez le mélange à cuire. Lorsqu'il est revenu à son point d'ébullition, comptez 4 minutes de cuisson. Remuez de temps en temps.

S'il y a formation de mousse à la surface, écumez le mélange.

Versez le ménage dans des pots préalablement stérilisés. Laissez reposer pendant au moins deux semaines avant la dégustation.

 

Cette gelée accompagnera bien des délices, et vous pouvez donner libre cours à votre imagination culinaire pour sa meilleure utilisation, par exemple :


tout simplement : en garniture sur une tranche de brioche grillée

 

plus surprenant : pour le déglaçage d'une sauce pour gibier

 

fort original : sur des tranches de "cramique" (pain aux raisins), avec du "Ettekeis" (fromage de Bruxelles, bien fait) ou du "Maroilles"

 

très spécial : en accompagnement de fromages de brebis bien typés, tels l'Ossau-iraty (AOC)  ou le Roncal.

 

en découverte gourmande : avec un pâté de coeurs de canards



Bonne appétit,

Anne

 

P1060483

Share

Mélange pour pain d’épices et spéculoos

P1060482

 

Il y a quelques jours, sur ce blog, José vous présentait la cardamome. Comme elle est un des ingrédients de plusieurs mélanges d'épices que je réalise moi-même pour mes préparations, j'ai pensé à vous faire découvrir ici l'un d'eux, celui que j'utilise au grand satisfecit de mes ouailles pour le pain d'épices et les spéculoos maison.

Réaliser soi-même ses mélanges d'épices est particulièrement intéressant, parce que leur saveur et leur parfum ne souffrent pas la comparaison avec ceux que proposent les grandes surfaces sous de grandes marques. En outre, cela revient beaucoup moins cher, même en travaillant avec la meilleure qualité. Et pan ! Prends ça,  Ducros ! C'est tout simplement la vérité.

Ce mélange ne se limite pas à la préparation du pain d'épices et des spéculoos. Il peut aussi être utilisé dans des préparations sucrées, comme des tartes aux pommes, aux poires et aux noix; ou des préparations salées, comme le tatin aux chicons, les pâtés, les confitures, les gelées, les salades de fruits, etc …

Avant la recette elle-même, encore une petit conseil général. Réalisez toujours vos mélanges avec des épices sélectionnées dans un bon état de fraîcheur, bien séchées et conservées dans les conditions adéquates, que vous moudrez, raperez, broyerez ou émietterez vous-même avant vos préparations, .

Demain, dans un autre post, je vous proposerai l'utilisation de ce mélange dans la préparation d'une gelée assez extraordinaire.


Les épices indispensables

5 graines de cardamome
10 clous de girofle
20 gr d'anis vert
15 gr de cannelle en bâton
5 gr de coriandre
3 gr de gingembre en poudre
3 gr de muscade râpée


Préparation


Mettez la cardamome, clous de girofle, anis vert, cannelle en bâton (rompez les bâtons en petits tronçons), les graines de coriandre dans un ancien moulin à café ou autre broyeur.
Moulinez au plus fin, en prenant soin de ne pas trop prolonger la durée d'utilisation du moulin.(L'échauffement des épices pourrait en modifier sensiblement la saveur ou atténuer le parfum.)
Passez votre mélange au tamis. Versez-le dans un pot hermétique, et stockez dans un endroit bien sec, à l'abri de la lumière.

 

Ce mélange peut se conserver pendant un an maximum.

Bon appétit,

Anne

 

 

P1060489

Share

Caramel de BANANE à la vanille

20081026 003

 

Je ne sais pas si c'est la même chose chez vous, mais ici, les bananes, on les mange par périodes. Un jour ma petite famille en consommera allégrement une demi-douzaine, un autre jour il y en aura une demi-douzaine qui se morfondront sur le plat de fruits. Dans ce dernier cas, il serait dommage de devoir jeter ces fruits pour avoir attendu trop longtemps avant de les consommer.

Hier, j'aperçois dans un panier quelques bananes bien mûres qui attendaient d'être fixées sur leur sort. L'idée de devoir les éliminer dans 2 ou 3 jours maximun me faisait mal au coeur. Alors, je décide subitement de les utiliser pour une réalisation impromptue avec fort peu d'ingrédients : un caramel de banane.

Ce caramel de banane peut remplacer avantageusement le célèbre, l'incontournable "n*u*t*e*l*l*a*", dont la composition annoncée par son fabricant nourrit … mes appréhensions. Que doit penser le consommateur lorsque la composition d'un produit mentionne simplement "huile végétale", sans autre précision ? Cette "huile végétale", ne serait-ce pas de l'huile de tournesol "ukrainienne" de Lesieur ? Pour en savoir plus, relisez le billet que mon José a consacré à la dénonciation de ce scandale :

"Chuuttt, Monsieur le Président, tout baigne dans l'huile … frelatée ! N'effrayez surtout pas les consommateurs, nos actions pourraient plonger en bourse !"

Avec mon caramel de banane, la question ne se posera plus ! J'y vais.

 

Prép. 10 min  – cuisson +/- 4 h

Ingrédients

(Pour 5 pots de 210 ml)

3 bananes
2 boîtes de lait concentré sucré (2 x 397 ml) d'une marque bien connue !
1 gousse de vanille

 

Préparation

Dans un bol, écrasez la chair des bananes. Réduisez-la en purée au moyen d'un mixer (à main).
Passez la purée obtenue au tamis.
Mélangez les deux boîtes de lait concentré sucré avec la purée de bananes.
Coupez la gousse de vanille en deux; grattez l'intérieur avec un couteau.
Incorporez les grains noirs dans la préparation. Bien mélanger.
Répartissez la purée obtenue dans des pots propres et secs.
Fermez-les bien.
Placez un linge en coton dans le fond d'une grande casserole; remplissez-la avec beaucoup d'eau. Amenez à ébullition.
Prenez soin de bien fermer vos bocaux avant des les plonger dans l'eau bouillante. Laissez cuire pendant +/- 4 h.
En cours de cuisson, le caramel doit prendre une couleur fauve.
Faites refroidir vos bocaux, placez-les au frais pendant 2 jours avant de déguster, par exemple sur une tranche de brioche "maison".
Cette préparation se conserve pendant 3 mois au frigo.

Bonnes brioches et à bientôt !

Anne

 

20081026 002

Share

COINGS, PÂTES DE COING ET COTIGNAC

Cotignac d'Orléans - Confiseur B. Gouchault (lepaysdalentour.fr)

 

inter

Il me revient de tous côtés que vous avez été nombreux cette année à récolter ou acheter des coings … et je me réjouis bien entendu du retour remarqué de ce fruit ancien dans nos cuisines et sur nos tables.

Mais le fait qu'il soit réapparu avec une certaine force sur le marché semble avoir suscité quelques achats impulsifs chez certain(e)s d'entre vous, qui se demandent aujourd'hui avec une pointe d'inquiétude "Que vais-je faire de mes coings ?"

inter

 

20081011 066 Coing

 

 

Pour répondre (partiellement) à cette question, l'occasion est toute trouvée de vous parler des pâtes de coing et du COTIGNAC D'ORLÉANS qu'Anne et moi – comme tant de gourmands initiés - adorons.

Le cotignac est une pâte de coing translucide et parfumée, moulée dans de petites boîtes rondes en bois très mince (elles font penser aux boîtes de camenbert). Ces pâtes très sucrées ont une couleur rosâtre produite naturellement par l'oxydation des fruits après séchage.

Tout d'abord, un petit mot sur l'origine du mot "cotignac" dont la consonnance pourrait nous faire penser qu'il est d'origine charentaise. Et bien non, désolé ! Même si Cotignac rime avec Cognac, cela n'a rien à voir. Cotignac, c'est le nom d'une petite commune du Var, pas très éloignée de Brignolles.

inter

 

 

 

Cotignac - village

Cotignac

 

En provençal, Cotignac se dit "Coudougnat", et coudougn (mot dérivé du latin cotoneus)  désignait dans cette même langue d'Oc … le Coing.

Le Coudougnat ou "raisiné au coing" faisait déjà la réputation de ce village provençal au Moyen-âge, qui l'a exporté très tôt dans plusieurs "pays" de France (Agenais, Gascogne, Orléanais …) et même en Italie (sous le nom de "Cotognato") ou dans les cantons francophones suisses (sous le nom de "Cougnarde").

Après une longue éclipse, la culture du coing veut retrouver progressivement sa place historique dans ce charmant village provençal. Dimanche prochain 26 octobre 2008 aura d'ailleurs lieu la 6ème édition de la fête du coing. Bien que nous ayons retenu cette date avec l'intention de participer à cette fête, des raisons familiales nous empêcheront d'y être présents cette année. Mais si vous en avez l'occasion et que la distance ne vous effraie pas, n'hésitez-pas à participer à ces réjouissances populaires à la gloire d'un fruit exceptionnel.

inter

 

 

Cotignac - Fête des coings

 

inter

En ce qui concerne le Cotignac d'orléans proprement dit, la tradition nous rapporte qu'au Moyen-âge, un génial confiseur de coings de Cotignac - sur l'identité duquel mes sources restent muettes - quitta son pays d'Oc pour rejoindre la ville royale d'Orléans, située sur les bords de la Loire, à plus de 800 km de là.

Inter

 

Orléans

Orléans

 

Le Coudougnat ou Cotignac était à ce point délicieux que les rois de France lui trouvèrent tout le raffinement requis pour en faire leur friandise préférée. Même l'austère et cauteleux roi Louis XI (1423-1483) ne put résister aux charmes de cette friandise, dont il fit d'ailleurs grand usage en les offrant comme présents aux ambassadeurs étrangers qu'il entendait gagner à sa politique.

François Ier (1494-1547), lui aussi apprécia le raffinement du cotignac d'Orléans, surtout lorsqu'il pouvait s'en délecter avec la reine Claude (1499-1524), son épouse, où avec l'une de ses innombrables maîtresses, parmi lesquelles émergent la douce et ravissante Françoise de Chateaubriant (vers 1495-1537), et la belle et savante Anne de Pisseleu (1508-1580), dite Mademoiselle d'Heilly avant de devenir - par la faveur royale - la très jalousée duchesse d'Étampes.

 

 

Who - Louis XI   Who - François Ier

                       Louis XI                                                        François Ier

 

 

La duchesse d'Étampes - que les gens bien en cour appelaient "la plus belle des sages, et la plus sage des belles" est restée célèbre pour ses galanteries. La faveur du roi ne pouvait suffire à combler ni ses sens, ni ses ambitions. Femme de la Renaissance, elle eut en même temps de nombreux amants. Marguerite de Navarre (1492-1549), soeur du roi, qui avait d'authentiques dons de plume, évoque dans son "Heptameron" la mésaventure d'un de ces amants, sans le nommer. Par recoupement, certains on voulu y reconnaître Charles de Cossé, comte de Brissac (1505-1563), donnant naissance à une légende.

 

Who - Étampes (Anne de Pisseleu, duchesse d')

Anne de Pisseleu, duchesse d'Étampes

   

 

Le roi, qui n'était pas sot, feignait d'ignorer les écarts de sa favorite, mais savait lui rappeler de temps à autre – et avec humour - qu'il n'était pas dupe, comme en témoigne cette anecdote.

 

Avisé des visites furtives que Brissac rendait depuis quelques temps à sa belle, François Ier pénétra un beau jour inopinément dans la chambre. En entendant le roi s'approcher, la duchesse d'Etampes – sans trop s'émouvoir - invita son amant affolé à se glisser rapidement sous le lit. Le roi s'adressa à la petite rouée comme si de rien n'était, lui offrant même avec élégance une petite boîte de … cotignac d'Orléans! Puis soudain, alors que les deux amants croyaient déjà que le plus chaud de l'alerte était passé, François Ier lança une seconde boîte de cotignac sous le lit, en lâchant avec un grand rire : "Tiens Brissac, il faut bien que tout le monde vive …"

La réputation du cotignac à contribué à la gloire gastronomique d'Orléans. Savez-vous qu'aujourd'hui encore – dans un France devenue républicaine – il est d'usage d'offrir un coffret de cotignac d'Orléans aux ambassadeurs étrangers ? C'est une tradition dans la diplomatie française.

Mais quelle est donc la recette de cette friandise royale qui soutient depuis des siècles la diplomatie de la France.

Je vous en communique la recette ci-après, non sans attirer votre attention sur le fait que le cotignac d'Orléans doit sa spécificité à une multitude de petits secrets de fabrication accumulés au fil des siècles, et qu'il est peu probable que vous puissiez jamais égaler la qualité exceptionnelle du cotignac produit par quelques rares confiseurs d'Orléans.

 

Recette du cotignac

 

 

Lavez les coings bien mûrs, puis coupez les fruits en deux dans le sens de la longueur. (Attention à votre couteau, la résistance du fruit est surprenante !)

Enlevez les pépins et enveloppez-les dans un nouet de mousseline.

Débitez les demi-fruits en quartiers, puis placez-les dans une casserolle contenant 10 cl d'eau par kilo de coings. Ajoutez le nouet contenant les pépins.

Faites cuire doucement les fruits jusqu'à ce qu'ils puissent être défait à la fourchette.

Prélevez le nouet et pressez-en le contenu.

Réduisez en purée la chair cuite des fruits. Pesez-la et ajoutez-y 800 gr de sucre par kilo de purée.

Mélangez en faisant réduire jusqu'à une consistance qui ne s'étale plus lorsque vous la versez sur un surface froide (traditionnellement, dans un anneau de bois placé sur une tablette en marbre).

Graissez la surface froide et étalez la purée de coing en une couche d'égale épaisseur. Laissez sécher 2 à 3 jours. 

Vous pourrez ensuite découper cette pâte en cubes réguliers que vous emroberez de sucre cristallisé.

 

 

Le coing, c'est bon pour la santé, non ? Alors …

 

 

José

Share

Pickles de MINI-PÂTISSONS

20080723 002

Pickels de mini-PÂTISSONS

 


Avant de réaliser cette recette, veillez tout particulièrement au choix de vos bocaux. Optez pour des bocaux à fermeture hermétique, munis de rondelles de caoutchouc NEUVES.
(Ce serait un très mauvais calcul de vouloir faire de la récup' sur un accessoire qui détermine la qualité de la conservation).
Lavez et rincez soigneusement vos bocaux, puis ébouillantez-les en les plongeant au moins 5 min., ouverts, dans de l'eau bouillante.
Ne les essuyez pas : égouttez-les en les retournant sur une grille recouverte d'un linge propre et sec en coton et laissez-les sécher.

 

 

Ingrédients

(Pour 2 bocaux de 500 gr) 

500 gr de mini-pâtissons
6 dl de vinaigre  de cidre (de bonne qualité)
1 c à c de graines de moutarde
1 c à c de graines de coriandre
1 c à c de graines de poivre noir
2 feuilles de laurier
2 clous de girofle
50 gr de gros sel
1 c à c d'aneth

 

Préparation

Lavez les légumes à l'eau, égouttez-les et essuyez-les. Coupez à raz du pâtisson les deux extrémités.
Portez à ébullition une grand marmite d'eau, plongez-y les pâtissons pendant 3 min. Retirez-les et égouttez. Laissez refroidir un peu.
Déposez-les dans une terrine et recouvrez-les de gros sel. Laissez les reposer pendant environ 2 heures.
Versez le vinaigre dans une casserole avec les 3 sortes de graines, clous de girofle et le laurier. Portez à ébullition et faites cuire pendant 3 min.
Retirez la casserole du feu et laissez refroidir totalement.
Au bout de 2 heures, rincez les pâtissons pour bien ôter le sel. Séchez-les.
Versez le vinaigre aromatisé dans une grande casserole, ainsi que les pâtissons.
Portez le tout à ébullition pendant 6 min. Une minute avant la fin de la cuisson, ajoutez-y l'aneth, retirez la casserole du feu.
Répartissez les légumes et le vinaigre dans les bocaux, fermez hermétiquement les bocaux.
Rangez-les au frais, au sec et à l'abri de la lumière.

 
Le plus dur ??? Il faudra encore attendre 3 semaines avant de pouvoir consommer vos mini-pâtissons ainsi préparés !

Ces pâtissons accompagnent avantageusement un bon pâté de campagne, des rillettes, une salade ou une côte de porc.

 

Bon dimanche et bon appétit.

Anne

 CENTRE

 

20080723 003

 

 

20080723 011

Share